Rappel de rigueur…

N’oubliez pas de vous abonner à ma newsletter !

Et n’ayez crainte, je ne vous en envoie pas tous les jours !

Cliquez sur l’image ci-dessous, ou sur le lien dans la colonne de droite. Merci ! 🙂

 

Newsletter AB

Publicités

Ne crie jamais Victoire, 1er extrait…

Premier extrait pour vous mettre un tantinet dans le bain…

Celui-ci pousse quasiment un cri de joie en le voyant apparaître ; d’habitude, il grognerait de ce que le policier n’a pas eu la délicatesse de frapper à sa porte.

Faut-il qu’il patauge dans la panade, pense Agnelli en prenant le siège qui lui est offert.36 quai des orfèvres

— Ah ! Commissaire ! Je vous attendais avec impatience !

Son front pâle se colore un peu, ce qui signifie que, de blême, il passe à l’ivoire.

— C’est ce que le lieutenant Nottier m’a laissé entendre.

— J’ai un « immense » service à vous demander.

L’intéressé grimace aussitôt. Dans quel guêpier va-t-il se retrouver s’il n’y prend garde ?

— Enfin, pas pour moi, pour le ministre.

— Soulard ? s’inquiète le commissaire.

Il n’a jamais été tendre avec les politiques. Le seul mérite qu’il leur reconnaît, c’est d’être très doués pour l’empêcher de faire tranquillement son boulot.

Lire la suite

Maupassant, encore et toujours.

Parce que j’ai une véritable passion pour la littérature du dix-neuvième siècle, j’ai démarré avec le début de l’année une relecture exhaustive des œuvres de Maupassant. Cet auteur est un incomparable sorcier en ce qui concerne des champs essentiels de l’écriture : description fine et précise des paysages et des atmosphères, peinture choisie et acerbe des personnages, construction rigoureuse et originale des récits, lesquels le plus souvent peuvent paraître insignifiants et vieillots, mais qui, par leur fausse simplicité même n’en deviennent que plus mordants et séduisants aux lecteurs que nous sommes.

images

Je ne vais pas ici évoquer les nouvelles, dont Maupassant est sans conteste le véritable expert, maîtrisant à la perfection l’art de construire une histoire en quelques pages, sans jamais passer à côté de l’essentiel et en parvenant à nous tenir en haleine malgré la fugacité du propos.

Je viens d’achever Mont-Oriol, œuvre apparemment mineure à côté des fameux Une vie et surtout Bel-Ami.

Lire la suite

Attention, chef-d’oeuvre !

Il y a des livres, découverts et dévorés à l’adolescence, qu’il est toujours bon de reprendre, surtout en ces temps de vacuité littéraire.

Bouh ! vous dites-vous, elle est de mauvais poil !

Que nenni ! Je viens juste de relire « De sang froid », publié en 1966 par l’immense, l’incomparable Truman Capote.truman capote

Vous le savez ou vous ne le savez pas, Capote est cet écrivain américain à la fois génial et frappadingue, qui va prendre le petit déjeuner chez Tiffany avec Audrey Hepburn… Non, ça, c’est le film, Breakfast at Tiffany’s, lequel, quoiqu’en pensent certains, est nettement moins bon que le livre, surtout la fin !

C’est ça qui est pénible au cinéma, cette manie de toujours vouloir une Happy end !!!

Revenons à De sang froid. 4ème de couv.

« Il était midi au cœur du désert de Mojave. Assis sur une valise de paille, Perry jouait de l’harmonica. Dick était debout au bord d’une grande route noire, la Route 66, les yeux fixés sur le vide immaculé comme si l’intensité de son regard pouvait forcer des automobilistes à se montrer. Il en passait très peu, et nul d’entre eux ne s’arrêtait pour les auto-stoppeurs… Ils attendaient un voyageur solitaire dans une voiture convenable et avec de l’argent dans son porte-billets : un étranger à voler, étrangler et abandonner dans le désert. »

Lire la suite

4 gestes 2.0. pour aider un voisin à la rue

En ces périodes de fêtes, d’excès alimentaires et de retrouvailles familiales ou amicales, je voulais accorder une trop petite pensée à tous ceux qui sont seuls, toute l’année, dans le froid, la canicule, et se battent pour survivre…

Label Emmaüs, le blog

En France, en 2016.

140 000 personnes vivent dans la rue.

700 000 n’ont pas de domicile fixe.

3,5 millions sont mal logées.

1 français sur 10 vit sous le seuil de pauvreté.

1 personne sans abri sur 10 détient un diplôme de l’enseignement supérieur.

Les chiffres assomment.

Si cette situation est intolérable dans l’un des pays les plus riches au monde et qu’elle appelle nécessairement une solution politique, nous ne sommes pas pour autant condamnés à rester les spectateurs passifs de l’exclusion.

Le numérique, souvent associé à un monde dématérialisé où l’humain n’a plus sa place, peut au contraire favoriser et multiplier les opportunités de coups de main concrets, en bas de chez soi, et au plus près des besoins des personnes concernées.

Pour preuve, ces quatre initiatives 2.0. qui nous rappellent que chacun peut, au quotidien :

  • Conjurer l’anonymat des personnes précaires que l’on croise tous les jours, en suivant la websérie Sans A_ « pour Sans Abri, Sans…

View original post 165 mots de plus