Méfiez-vous de vos voisins

Hervé HeurtebiseÀ peine sortie de l’univers surnaturel des Affligés, je suis revenue très vite dans la vraie vie avec le second opus d’Hervé Heurtebise aux Editions Hélène Jacob.

Hervé est un garçon charmant, un poil caustique, et il ne ressemble pas à la foudre. Je veux dire par là qu’il lui a fallu un sacré bout de temps pour nous pondre un livre après le Journal d’un proctologue. Dans cette maison d’édition où certains auteurs écrivent (très bien) plus vite que leurs ombres, il fait office de grosse tortue…

Mais quel talent ! Alors on lui pardonne…

4ème de couv, as usual :

« Adrien Pons déteste le thé, mais c’est bien là son moindre défaut. Aux nourritures terrestres, il préfère, tant s’en faut, les nourritures de l’esprit. Les mots ont toujours été son fort et il s’en nourrit, au propre comme au figuré. Écrivain talentueux, mais quelque peu bougon, Adrien Pons tient ses contemporains à une distance respectueuse, mais fraîche, selon les atomes qu’il a rarement crochus, avec les individus qui peuplent ou traversent son quotidien.

Comme il est dit que même les plus grands ermites ne sont jamais à l’abri d’une rencontre fortuite, il va connaître les tourbillons du fameux effet papillon, remuant son existence jusqu’aux tréfonds. Pourtant peu enclin à transiger avec ses habitudes, Adrien Pons va se lancer à son corps défendant dans sa nouvelle drôle de vie, jusqu’à ce qu’elle lui assène un mauvais coup, qu’elle lui garde un chien de sa chienne.
Désormais, Adrien Pons va expérimenter le chaos, les petits bonheurs et les affres du désespoir, ce que la vie donne et ce qu’elle reprend irrémédiablement. Elle va faire de lui un autre homme, un homme de chair et de faiblesses, en perpétuelle révolution, envisageant les choses sous un œil nouveau, un homme en rupture avec son passé, un homme en éternel devenir… »

Incorrigible misanthrope à l’humour ravageur, cet Adrien Pons a l’indubitable point fort de se remettre en question grâce à des femmes : un ancien ravissant modèle de peintres géniaux devenue non-moins charmante octogénaire, sa petite-fille amoureuse folle de notre écrivain, une adolescente cancérigène à l’humour dévastateur, l’inévitable infirmière faussement nymphomane et réellement empathique, une dessinatrice talentueuse et partenaire aux talents multiples. Ces femmes sont les vecteurs positifs des changements et évolutions de notre atrabilaire, lequel n’est finalement pas si difficile à convaincre de muter.

On retrouve la verve et le style d’Hervé Heurtebise, ces dialogues ciselés et à l’emporte-pièce et où l’humour au second degré n’est jamais absent. Ne vous fiez pas au premier tiers du roman, qui peut vous sembler un peu convenu. Un coup de théâtre vient vous prendre au dépourvu et vous bouscule dans votre confort de lecteur comme il transforme du tout au tout l’univers de notre héros. Celui-ci comprend combien il est facile de se laisser berner par les apparences. Il apprend la tolérance, la modestie et surtout se découvre une vraie vocation d’écrivain, bien différente de celle qu’il pensait être la sienne jusqu’alors.

Enfin, il y a un joli clin d’œil pour se gausser gentiment d’une émission télévisuelle littéraire à la mode et critiquer les pseudos-écrivains germanopratins, dont une que je ne nommerai pas (ce serait lui faire trop d’honneur) et qui se fait copieusement assaisonnée. Et dans le même temps, un bel hommage à deux personnalités clés de notre belle et dynamique maison d’édition.

Que voulez-vous ? Nous sommes très « chauvins » aux EHJ…

Lisez donc Seul le bonheur, vous en ressortirez plein d’une énergie nouvelle pour prendre votre destin en mains… 😀

couv seul le bonheur

Publicités

2 réflexions sur “Méfiez-vous de vos voisins

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s