Petit aparté… Vivent les Bretonnes et néo-Bretonnes !!!

Voilà, je voulais aujourd’hui sortir un peu de mon champ d’action d’auteure pour vous parler de quelques-unes qui sont extrêmement actives et dynamiques en Bretagne, et plus spécifiquement dans le Morbihan où je demeure dorénavant.

Elles sont dix et se prénomment Corine, Audrey, Marie-Gabrielle, Lucie, Angelina, Anne-Louise, Pascale, Lucille, Ismahein, Laetitia, Michèle, Marine, … Elles sont chefes d’entreprises, porteuses de projet ou femmes solidaires. Elles sont toutes membres du réseau créé par Marie Eloy, Femmes de Bretagne, qui accompagne les entrepreneuses en Bretagne, et aussi en Loire Atlantique (Je ne vous refais pas l’historique de Nantes, je crois que tout le monde est au courant… 😉 )

Elles sont dynamiques, enthousiastes, créatives, solidaires et très sympas, ce qui ne gâte rien, bien au contraire. Bref, ce sont de très belles personnes ! 😀

Rêves de créateur 1

Elles ont imaginé, conceptualisé, mis en œuvre et porté le projet de créer un salon dédié aux professionnels, Rêves de créateurs, qui aura lieu du samedi 5 décembre au lundi 7 décembre 2015 et du samedi 12 décembre au lundi 14 décembre 2015 au Château de l’Hermine, rue Porte Poterne à Vannes, Morbihan Sud.

Pour vous donner une idée, voici leur vidéo d’appel à financement participatif (Crowfounding pour les accros à l’anglicisation de nos vies 😉 ) sur le site Gwenneg, plateforme bretonne de financement participatif… Gwenneg, ça signifie Argent en breton… 😉

Rêves de créateur 3

Elles m’ont également fait l’insigne honneur de me demander d‘interviewer l’initiatrice de cette belle aventure, Corine Gillard. Je suis flattée et fière d’être comme ça, un chouilla de la bande…

AB – Quel est le point de départ de Rêves de Créateurs ?

CG – Ce projet prend ses racines dans l’énergie solidaire rencontrée sur FdB. Il y a un an, à l’occasion d’une expo, j’ai proposé à deux femmes de m’accompagner et de présenter leur activité aux visiteuses et aux femmes de notre réseau « effervescent ». À l’époque, l’une d’elle, Marine Schmitt, était porteuse de projet, à savoir la création d’une chocolaterie à Colpo, Lady Merveilles. L’autre, Bénédicte Lanfray, était créatrice du site Les mots sont des cadeaux.
La rencontre « de l’autre côté de l’écran » a été la source d’échanges passionnés sur les expériences de chacune, les espoirs, les doutes. Beaucoup d’informations ont circulé ainsi qu’une belle énergie solidaire qui m’a fait penser que tout était possible ! Dans un coin de mon esprit, le projet somnolent de créer à Vannes en fin d’année un salon festif autour de la création s’est réveillé ! Puis le concept du projet initial a évolué.

 

AB – Quel est l’objectif visé par Rêves de Créateurs ?

CG – En fait, cet objectif est triple. D’abord, réussir à créer un événement d’envergure régionale, de qualité et pérenne, ouvert à tous (femmes et hommes), qui soit représentatif des valeurs du réseau FdB et de ses actrices. Je voulais leur offrir de la visibilité. L’originalité du concept réside dans notre volonté de rassembler les domaines artistiques, les entreprises innovantes, les porteurs de projet. Ensuite, créer des synergies, sortir de l’isolement certaines femmes, que d’autres s’orientent vers une démarche cohérente dans un projet viable, et ainsi nous entraîner toutes dans une dynamique positive. Enfin, apporter une nouvelle proposition au public est essentiel pour relancer les activités commerciales, l’attirer par la curiosité et la qualité du savoir-faire en Bretagne est un bon ressort…

 

AB – Quelles sont les valeurs qui unissent les porteuses du projet et que, j’imagine, vous souhaitez véhiculer ?

CG – Nous entraider, échanger et nous soutenir, transmettre et porter un projet commun. Ces synergies sont essentielles. Depuis un an, ce réseau a déjà généré beaucoup de rencontres qu’elles soient amicales ou professionnelles. C’est de l’énergie en barre J

 

AB – Quelles ont été les principales étapes pour parvenir à votre objectif ?

CG – Dans un premier temps, il a fallu rédiger le projet global du salon avec ses ateliers/conférences, fédérer une équipe multiple, dimensionner l’événement, chiffrer le budget nécessaire et trouver un site. La rencontre avec David Robo, Maire de Vannes a été déterminante et nous le vivement remercions pour son soutien. Après sont venues les étapes liées à la communication : créer des outils tels que le site Web, une page Facebook, l’affiche de l’événement ; monter le dossier de partenariat et le dossier de presse ; communiquer vers les médias. Il y a la partie administrative aussi, avec l’établissement d’un contrat exposant, un règlement, le lancement et la gestion des candidatures. En parallèle, on a travaillé sur la recherche de partenariats, ce qui est un travail de longue haleine… Sans oublier tous les aspects logistiques à gérer et l’organisation à suivre jusqu’à la dernière seconde…

 

AB – Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

CG – Organiser un tel événement, professionnel dans sa démarche, avec un cadre coopératif n’est pas simple malgré toute notre bonne volonté. Cependant, le handicap majeur a été de ne pas avoir de trésorerie au départ. Il faut faire preuve de rationalité, d’un bon sens relationnel et d’ingéniosité.

 

AB – Et de même manière, avez-vous eu d’heureuses surprises ? (Compétences, soutiens, médias, enthousiasme, nombre de participants, etc.)

CG – Il y a un véritable engouement autour de ce projet. Des bénévoles s’y sont ralliés et nous ont apporté soutien, solutions, réconfort, régénérant ainsi notre énergie. De même, l’adhésion des créateurs au concept est réelle, avec près de 130 candidatures reçues, de grande qualité. Nous avons noué des partenariats financiers ou en nature avec de jeunes entreprises comme Spiru’Breizh, Gwenacook, Shopus, Labeo, -196° Événements. Tous croient en ce salon ! Et surtout, nous avons été prises au sérieux par les institutions, C’est aussi une belle preuve que le projet est viable !

 

AB – Plus spécifiquement, le soutien de Femmes de Bretagne a-t-il été déterminant dans vos actions, voire votre crédibilité ?

CG – Le salon est organisé sous l’égide de Femmes de Bretagne. Cela nous a apporté une crédibilité vis-à-vis des partenaires et il est fondateur dans notre groupe. Grâce au réseau, nous avons trouvé des ressources humaines à certains moments compliqués.

 

AB – Vous financez Rêves de Créateurs via le financement participatif sur la plateforme GwenneG. Avez-vous d’autres financements significatifs ? Et si le financement n’est que participatif, est-ce délibéré ou parce que vous n’avez pas eu d’autres choix ?

CG – Oui, nous avons trouvé des partenaires financiers sensibles à notre démarche, comme le CIC et In Extenso et nous avons conclu des accords. Toutefois, ce n’est pas suffisant pour couvrir toutes les dépenses en matière de logistique et de communication. Comme nous avons choisi de louer les stands à des prix accessibles, nous avons besoin d’autres apports pour financer le salon. D’où cette campagne de levée de fonds à hauteur de 3 000 €.

 

AB – Toujours concernant le financement participatif sur la plateforme GwenneG, avez-vous atteint votre objectif ? Un coup de collier final est-il indispensable, à quel délai et de quelle nature ?

CG – Non ! Nous avons encore besoin d’aide puisque nous sommes à 81 % de l’objectif ! La Bretagne est la 1ère région à entreprendre, et on sait combien c’est long pour la plupart des créateurs avant de pouvoir vivre de son activité. Il faut absolument les encourager, car nous sommes ou serons tous concernés dans notre entourage ! Cette initiative est un réel tremplin pour les créateurs et sert l’économie locale. Et il faut bien convenir que réussir ce défi serait une belle forme de reconnaissance aussi pour tous ces efforts déployés pendant des mois !

Nous finissons la campagne de communication vendredi soir, mais il est encore possible de faire un don jusqu’à lundi 16/11 à 11 h 30.

Pour nous aider, C’est là !!!!

Rêves de créateur 2

 

AB – Et l’après Rêves de Créateurs, c’est quoi ?

CG – Nous allons nous attacher à réussir l’événement, puis nous dresserons le bilan. Notre souhait est de pérenniser l’événement. Entre nous 😉 une date est réservée pour l’an prochain !

 

AB – Une cerise sur le gâteau ? Un dernier message ?

CG – Nous sommes toutes des héroïnes du quotidien. Ce qui nous manque parfois c’est un signe, un environnement positif pour oser ! Notre souhait serait de transmettre ce signe malgré un contexte économique maussade. Mille mercis à toutes les personnes qui nous apportent leur soutien.

 

La Team de Rêves de créateurs :

Pascale BURY, Femme solidaire

Angelina BULOT, Arom Events

Lucie DI BIASI, Com’unpont

Lucile BOICHOT, Freelance en communication digitale, Gestion de projet web # Webmarketing
Community management # Rédaction web # Blogging

Audrey CHEVALIER, Femme solidaire et Coordinatrice Femmes de Bretagne 56

Anne-Louise RODES, I, Extenso

Marie-Gabrielle CAPODANO, Spiru’Breizh

Michèle NICOLAS, Décoratrice

Marine GAUTIER, Jolie Pub

Ismahein MARZOUGUI, Photographe,

Laetitia CHAOUAT, Photographe

Corine GILLARD, Ô Coco Création textile

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s