Dragon, number two

Le problème avec les séries, les sagas, enfin les histoires narrées sur plusieurs livres, c’est que lorsque vous mettez le nez dragondedans, et que le premier opus est bon, vous êtes obligé de poursuivre.

J’avais donc lu Le Dragon de Ténèbres, d’Emmanuelle Soulard, dès que Le Dragon d’ombres est sorti, je me le suis offert pour ma liseuse.

Voici la 4ème de couv. : La vie est devenue bien compliquée, dans le sanctuaire de Ranon. Sahelle, de retour grâce à l’intervention du chasseur Jaffar, est toujours incapable de contrôler son dragon. Elle doit affronter ses plus grandes peurs, ce qui complique bien sa relation avec Médévas. De son côté, Jaffar, parjure de son propre sanctuaire, peine à trouver sa place en tant que membre d’escadrille. Réussira-t-il à faire oublier ses frasques et à voir ses compétences reconnues ? Pourra-t-il oublier son amour pour Sahelle ? Et surtout, arrivera-t-il à comprendre que lorsque le chemin devient ardu, c’est qu’il nous confronte bien souvent à nos plus profondes erreurs ? Médévas, quant à lui, en tant que chef de sanctuaire, est plus que jamais en difficulté à cause du dragon noir. Alors que les attaques massives se multiplient, sera-t-il assez fort pour braver la pire des situations ? Dans sa terrible quête pour comprendre comment et pourquoi les carniciels sont venus à la vie, c’est sur un chemin bien périlleux qu’il devra conduire ses compagnons, en trouvant la force d’aller jusqu’au sacrifice ultime.

On sent dans ce second tome qu’Emmanuelle Soulard a gagné en confiance en elle. Son écriture reste fluide et fort agréable, la narration regorge de rebondissements, même si les descriptions m’ont parfois semblé un peu longuettes. Ceci dit, je ne suis pas la mieux placée pour apprécier totalement le récit. Je l’ai déjà écrit sur ce blog, la Fantasy ne fait pas partie de mes styles littéraires favoris.

Cependant, j’ai trouvé que les personnages gagnaient en épaisseur. Médévas le beau gosse prend quelques gamelles, ce qui ne lui fait pas de mal, et de ce fait doit aussi compter sur les autres, notamment Jaffar. Celui-ci a finalement une personnalité plus intéressante que le précédent, mais sans doute me plait-il davantage par son goût pour l’indépendance et la liberté de penser. Même s’il tente de séduire Sahelle, il finit par accepter qu’elle lui préfère le beau gosse précédemment cité. Quand à Sahelle, même si elle pleurniche encore un peu, il faut avouer qu’elle ne manque pas de cran à suivre les deux durs à cuire dans un coin où même payée des millions, je ne mettrai pas un orteil.

Enfin je le reconnais, celui que je préfère, c’est le dragon junior de Sahelle… Alors celui-là, je trouve qu’il est terrible : agressif, rebelle, courageux, voire téméraire, et finalement, sacrément intelligent.

Bon, ben, on attend le tome 3 ! Mais vous, il vous reste à lire Le Dragon d’Ombres !

couv dragon d'ombres

 Sans oublier le précédent, Le Dragon de Ténèbres

Couv Le- dragon de ténèbres

Publicités

Une réflexion sur “Dragon, number two

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s