Feel-good books !

Couv Déconfitures et manque de potDans notre petite tribu d’auteurs « jacobiens », il y en a une qui prône la bonne humeur, la fantaisie et le sourire non-stop. Kathy Dorl fait la promotion du feel-good book, ce qui, en français bien de chez nous, signifie littéralement le livre qui fait se sentir bien, voire livre anti-morosité… Mais là, il y a déjà deux mots négatifs, donc ça ne me plaît pô.

Bref, tout un programme me direz-vous ? Elle sort début janvier 2015 son troisième opus, Déconfitures et manque de pot, et j’ai donc voulu vous parler des deux premiers auparavant.

Au départ, autant vous l’avouer, a l’instar de Boris, je suis définitivement snob. Du point de vue littéraire, ça devient franchement du sectarisme. boris vian

Donc, je ne lis JAMAIS ce genre de livre, trop facile à mon goût, un point un trait. Je me suis aventurée dans Gavalda… Bof… Ne parlons même pas de Katherine Pancol, j’en ai lu deux, avec des titres plein de bestioles, c’était niais, mal écrit et construit à la va-vite, et j’ai abrégé rapidement par une lecture en diagonale à la vitesse de l’éclair.

Pour revenir à Kathy Dorl et à mon snobisme, à y regarder d’un peu plus près, j’ai déjà franchi quelques seuils, côté science fiction avec les MIA, côté dragon, avec Emmanuelle Soulard. Alors, me direz-vous, pourquoi ne pas tenter le coup ? Au fond, que risque-je, à part m’ennuyer et fermer le dit bouquin avant la chute ? Je ne suis pas obligée de dire à quiconque que je lis un feel-good-book et je peux me payer ma honte toute seule comme une grande, Non mais Agnès, vraiment, tu as vu ce que tu LIS… !!!

Aussi me suis-je aventurée prudemment, d’abord du côté de Ce que femme veut, puis je l’avoue dans la foulée, dans Fifty-fifty, et toujours un grain de folie. Au départ, j’ai pris mes grands airs d’intello, genre,  je ne veux pas mourir idiote et dans les innombrables soirées festives que je fréquente (là, je blague 🙂 ), je dois pouvoir parler de ce que je connais. Bref, je me la suis jouée psycho-socio Brèves de comptoir. Et finalement, j’ai été prise au jeu, et ne le regrette pas.

Donc, je vous résume les deux ouvrages avant de vous donner mon avis :

Ce que femme veut ? « Une grande histoire d’amitié unit six copains d’enfance : Lola, Anaïs la rebelle, le doux Couv ce que femme veutJean-Robert, la sensible Chloé, la « it-girl » lesbienne Zoé et Frank le « golden-boy » tombeur de filles. De Miami à Paris, en passant par New York et la Côte d’Azur, chacun traverse notre époque en essayant de trouver un sens à son existence, mais aussi l’amour. Tout s’organise autour du personnage principal, Lola, le jour où elle décide de « faire un bébé toute seule » par insémination artificielle. Toutefois, suite à un concours de circonstances, il se pourrait bien que le donneur de sperme ne soit pas si anonyme que cela et qu’il puisse s’agir de Frank, avec qui Lola a eu une brève liaison quelques années plus tôt. »

Couv fifty-fiftyFifty-fifty, et toujours un grain de folie : « Prenez cinq amies : Lola, l’explosive Zoé en couple avec Jenifer, Anaïs la rebelle et Chloé la prudente. Ajoutez, si possible avec modération, Thomas et Lylou, deux adolescents en pleine crise, et une pincée de Fabien, toujours chez ses parents à 25 ans. Saupoudrez généreusement de maris : Frank, Bruno – beaucoup trop sérieux – et Jean-Robert – trop volage. Pimentez largement des joies des familles recomposées, de belle-mère trop présente, de démon de midi, de mise au placard professionnelle. Ajoutez délicatement l’ingrédient principal : « moi, vieillir, jamais ! » Remuez délicatement en prenant soin des grands-parents malades, mais surtout sans aggraver les malentendus. Placez le tout dans un club de vacances, dans un pays au bord de la guerre civile. Vous obtiendrez Fifty-Fifty… et toujours un grain de folie, le second roman antimorosité de Kathy Dorl, qui donne la joie de lire. »

Résultat ? Deux romans dans lesquels Kathy Dorl ne veut surtout pas se prendre au sérieux, même si on y sent fréquemment le « vécu » sans que les récits tiennent du documentaire animalier 🙂

Les héros et héroïnes de Kathy Dorl sont souvent paumés dans leurs sentiments, et donc dans leur vie. Un peu trop accros à leur « paraître » (là, je reconnais mon inculture crasse des marques citées !), ils se dépêtrent dans les difficultés de leur époque : construire de vraies relations amoureuses, trouver leur juste place dans un couple, dépendance involontaire à la pression professionnelle. Sous une légèreté apparente, de vrais sujets sont abordés : homosexualité, choix de la maternité en solo, immaturité de certains hommes, regard qu’on porte à celui ou celle qui ne veut pas réussir à tout (n’importe quel ?) prix sa carrière.

Dans le second ouvrage, les trentenaires voient se profiler leur cinquantaine, le démon de midi, la pérennité des couples, les adolescents insupportables et consuméristes, les vieux parents qui vont disparaître, et la peur de voir sa vie défiler sans en avoir vraiment pleinement profité. Ces romans apparemment faciles sont bourrés de sujets de réflexion où chaque lecteur peut se reconnaître, grâce notamment à la crédibilité des personnages bien brossés, aux dialogues percutants et plein de fantaisie, aux situations qui nous ramènent à notre propre vécu. Le rythme ne faiblit pas, et la langue est parfaite.

Je n’ai pas dit que Kathy Dorl écrit du Bourdieu, je ne crois pas d’ailleurs que ce soit son objectif… 🙂 Mais ses livres ne sont pas QUE légers. Ils sont aussi drôles, intelligents et transgénérationnels.

Ils sont en tous cas chaudement conseillés en cette période de fin d’année.

Retrouvez Kathy Dorl sur son blog anti-morosité http://kathydorl.com/

Et aussi, pour la connaître mieux, son interview auteure : http://www.editionshelenejacob.com/interview-auteur-kathy-dorl/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s