11 décembre 1964, Alma rejoint Gustav, Maria & Manon au cimetière de Grinzing

Il y a aujourd’hui cinquante ans, disparaissait à New-York mon « ogresse » favorite, Alma Mahler, veuve de Gustav Mahler. Petit extrait en forme d’hommage.
Grinzing… »Un peu plus tard, allongée sur son lit, la vieille dame entrouvre les paupières. Elle se souvient qu’un médecin est passé, sans doute le docteur Brendauer, ce vieil incapable d’exilé teuton. Il aura laissé une ordonnance et sans doute bien peu d’espoir. Anna est assise à son chevet, qui l’observe toujours avec la même anxiété.
− Ma petite chérie, il faut te faire une raison, je vais m’en aller un jour…
− Repose-toi Maman, le médecin a dit qu’il te fallait du calme.
− Ce médecin est un Juif et un crétin… Je vais simplement mourir.

alma & annaLe visage d’Anna se chiffonne aussitôt comme lorsqu’elle était enfant. Le soir du premier départ pour l’Amérique elle a eu la même expression, petite fille solitaire et silencieuse, abandonnée par sa sœur puis par ses parents qui fuyaient par-delà les mers chercher le repos qu’ils ne trouvaient plus chez eux, sans se préoccuper de ce que son cœur fragile percevait. Se souvient-elle seulement de cet été brûlant où elle jouait solitaire dans le jardin désert, tandis que Maria agonisait dans d’horribles souffrances après une trachéotomie avortée, transpirante et livide, sous les yeux terrorisés et anéantis de ses parents, devenus étrangers l’un à l’autre ?
– Je ne t’ai pas moins aimé que les autres, Anna – marmonne la vieille dame – mais tu étais moins passionnée quetombe alma Maria, plus discrète  que Manon. Je t’ai simplement oubliée…
– Je ne te reproche rien…

– J’ai été infidèle, volage, égoïste et autoritaire. Mais j’ai soigné tes sœurs, et ton père, et Franz, comme toi tu prends soin de moi aujourd’hui. La mort de Maria m’a définitivement séparée de ton père. Avec la perte de Manon, Walter n’avait plus rien à voir avec moi, même si nous sommes restés bons amis.
– Tu ne vas pas mourir Maman.
– Bien sûr que si Anna, et tu dois me laisser partir, comme Gustav et moi avons rendu sa liberté à Maria, comme nous avons vu disparaître Manon… Sois sage Anna, sois sage… »

Couv ogresse
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s